MiniatureSite

Aviactualité # 7 – Bientôt des Airbus sans pilote ?

Bonjour à toutes et à tous j’espère que vous vous portez bien ! Bienvenue sur le septième épisode d’Aviactualité, l’émission où on parle des news de l’aviation. C’est Pierre et je suis content de vous retrouver pour ce nouvel épisode ! Aujourd’hui nous allons voir si l’aviation commerciale sans pilote est en passe de devenir une réalité.

Le 18 mai 2020, l’avionneur Européen Airbus a publié sur sa chaîne YouTube une vidéo de présentation du projet WAYFINDER. Cette vidéo nous apprend que le but de WAYFINDER est de développer un logiciel qui sera en charge du pilotage des avions de demain grâce à l’intelligence artificielle. Dans l’espace commentaire, quelques personnes ont fait part de leurs inquiétudes quant à l’avenir de la profession de pilote de ligne. Alors

L’avion commercial sans pilote est-il en passe de devenir réel ?

C’est la question de l’épisode d’aujourd’hui.

1- Pourquoi une aviation sans pilote ?

En réalité la première question à laquelle il nous faut répondre est la suivante: “Pourquoi voudrait-on rendre l’aviation de demain 100% automatique ?“; c’est-à-dire sans pilote. En fait il faut savoir que le facteur humain est à l’origine de 80% des accidents aériens. L’Homme constitue donc la première menace dans un avion. La complexité du pilotage d’un aéronef alliée à des espaces aériens de plus en congestionnés dans des avions de plus en plus complexes, rend la tâche des équipages très difficile. Tout cela dans un milieu où, en plus, les erreurs ne pardonnent pas.

Il est donc clair qu’il faut soulager les pilotes des tâches qui peuvent être déléguées aux automatismes. C’est comme cela que l’on peut atteindre le plus haut niveau de sécurité au sein de l’industrie.

Cette nécessité d’automatisation des tâches n’est pas nouvelle. Depuis maintenant plusieurs décennies les constructeurs aéronautiques s’acharnent à faciliter le pilotage de leurs avions pour les équipages.

 

80% des accidents aériens d'aujourd'hui sont dus au Facteur Humain. Image: Boeing.
Image du trafic aérien mondial en Mars 2020. Image: Flightradar24

2- Une aviation semi-autonome

Dans le but d’atteindre cet objectif, les avionneurs ont donc inventé le pilote automatique. Le pilote automatique est généralement enclenché une fois que l’avion passe les 3 000 mètres d’altitude. Il permet aux pilotes de se concentrer sur d’autres tâches tout aussi importantes. Ces tâches comprennent notamment la gestion du carburant, l’évitement des autres aéronefs, le respect des consignes données par les contrôleurs aériens et le bon fonctionnement des systèmes de l’avion (à l’exemple de la pressurisation).

En plus du pilote automatique, les constructeurs aéronautiques ont également implémenté des systèmes de “lois de pilotage“. Par exemple sur un Airbus, lorsque la vitesse de l’avion est trop faible, les ordinateurs de bord font piquer ce dernier sans que l’intervention des pilotes ne soit nécessaire. L’avion évite alors le décrochage.

Le pilote automatique d'un Airbus A340. Image: Flickr @superkas83

Toutefois ces technologies sont encore jeunes et extrêmement complexes. Il peut donc arriver que ces dernières dysfonctionnent. Dans ces situations les pilotes constituent le dernier rempart contre une terrible catastrophe. François Suchel, commandant de bord chez Air France, raconte dans son livre “6 minutes 23 secondes séparent l’enfer du paradis” comment une incompréhension des pilotes quant au fonctionnement du pilote automatique a failli conduire un avion droit dans le relief. On peut donc dire qu’une automatisation à 100% des aéronefs est encore peu probable.

3- Vers un aviation 100% autonome

Cependant depuis maintenant environ 10 ans Airbus, qui a toujours été à la pointe de l’automatisation des avions, mène un ensemble de projets visant à rendre l’aviation de demain plus autonome et plus sûre. Le constructeur file donc à toute vitesse vers la conception d’aéronefs 100% autonomes. Trois projets semblent notamment s’orienter vers ce but:

1. On a d’abord le projet DISCO. DISCO signifie DISruptive COckpit et vise à permettre aux avions de ligne d’être piloté par une seule personne. Comme vous le savez, les avions de ligne actuels nécessitent la présence d’au moins deux pilotes pour pouvoir voler. Recourir à plusieurs pilotes garantit une meilleure maîtrise de l’environnement pour ces derniers. Grâce à ce travail en équipage la sécurité aérienne s’en trouve améliorée. Mais avec DISCO les avions de demain pourraient voler avec un seul pilote. Ce pilote se verrait alors missionner de surveiller le bon déroulement du vol et de prendre des décisions si nécessaire.

DISruptive Cockpit. Image: Airbus.

2. Ensuite on a le projet ATTOL. ATTOL signifie Autonomous Taxi, Take-Off and Landing. L’objectif d’ATTOL est rendre les avions complètement autonomes. Les aéronefs d’aujourd’hui peuvent voler et atterrir de façon semi-autonome grâce au pilote automatique. Mais les avions de demain seront capables de: circuler sur les taxiways des aéroports; de décoller; de voler; et d’atterrir sans que les pilotes n’aient à toucher aux commandes de vol. Mi-Janvier 2020 Airbus a réussi à faire décoller l’un de ses A350 presque sans intervention humaine marquant une première étape de réalisée dans ce projet.

3. Enfin on a WAYFINDER. WAYFINDER constitue en fait le programme de recherche qui permettra la réalisation du projet ATTOL présenté juste avant. WAYFINDER consiste à utiliser l’intelligence artificielle afin de développer des algorithmes qui serviront au vol autonome d’aéronefs. Au-delà d’ATTOL, WAYFINDER trouvera également des applications concrètes dans le cadre du projet Urban Mobility qui aspire à concevoir des engins volants autonomes qui faciliteront les déplacements et les échanges en milieu urbain dense.

Ces trois projets nous montrent que le développement d’avions commerciaux sans pilotes est en marche. Mais ces projets sont encore très jeunes et bien souvent réalisés avec l’aide ou la supervision de pilotes.

Conclusion

Ainsi donc à la question: “L’avion commercial sans pilote est-il en passe de devenir réel ?”; Je pense que l’on peut répondre “non” de part la jeunesse de la technologie et la volonté d’Airbus de ne pas évincer l’Homme du poste de pilotage comme on l’a vu précédemment ; du moins pas tout de suite. Cependant de nombreux projets existent et il est fortement probable qu’un prototype d’aéronef 100% autonome voit le jour dans la décennie à venir.

Personnellement je ne crois pas que l’on verra des avions de ligne sans pilote avant au moins 25 ans. L’humain reste essentiel dans le poste pilotage. Si 80% des accidents aériens sont dus au facteur humain, combien d’accidents sont évités grâce au facteur humain ? Je vous invite à consulter le site avherald.com qui répertorie quotidiennement tous les incidents et accidents d’avion de ligne. Vous seriez surpris du nombre d’incidents mécaniques qui arrivent chaque jour et qui sont habilement gérés par le personnel navigant.

 Je pense plutôt que l’on verra des cockpits dans lesquels des programmes piloteront l’avion et un ou des pilote(s) donnera/donneront des ordres à ces programmes. Ces pilotes seront également capables de prendre la main sur les ordinateurs, quant au pilotage de l’avion, si ceux-ci se révèlent défaillants. 

Airbus lui-même a par ailleurs déclaré: “Afin que les technologies autonomes améliorent les performances de vol, les pilotes doivent toujours rester au cœur des opérations.”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Retour en haut